TROP PETITE


TROP PETITE

Mily doit rejoindre ses copains pour jouer aux rollers. Reste à trouver son casque ! Mais en le mettant, elle réalise qu’elle a grandi sans s’en rendre compte... C'est quoi grandir ?

Philosophons avec nos enfants !

Plus que jamais, prenons le temps de philosopher avec les enfants, offrons-leur des oasis de pensée pour répondre à toutes les questions qu’ils se posent inévitablement en ces temps de crise. Lire, écouter, raconter des histoires permet d’aborder avec délicatesse, poésie et humour des thématiques parfois angoissantes, même pour les adultes. Elles sont une excellente médiation pour philosopher avec les enfants : que ce soit pour les parents ou les enseignants, discuter à partir d’une histoire permet de mettre un peu de distance pour penser sans être envahis par les émotions. La littérature permet ainsi d’approfondir la réflexion, de sortir de l’anecdote et de prendre du recul pour penser de façon plus sereine. Les histoires nous amusent, nous divertissent, nous font voyager, mais elles nous aident aussi et surtout à grandir et à mieux donner sens aux mondes.

Quelques pistes philosophiques pour en discuter avec les enfants

Grandir est bien évidemment une préoccupation essentielle pour les enfants qui vivent à chaque instant dans leur corps et leur esprit cette expérience humaine universelle, caractérisée par sa complexité et l’ambivalence des sentiments qu’elle génère. Pour tous les enfants, grandir est à la fois source d’angoisses, de peurs mais aussi de désirs et de fierté : C’est à la fois se perdre et se trouver. L’enfant est ainsi traversé par des sentiments d’une très grande ambivalence (comme les contes de fées savent si bien le raconter de façon symbolique, en incarnant ces peurs archaïques par des loups et des ogres que vont devoir affronter le héros qui grandit – comme aussi dans le conte Une Histoire et… Oli, Quand j’étais petit je n’étais pas grand). En grandissant, je vais me perdre, je vais changer, devenir autre. Comment à la fois me transformer et rester moi-même ? Cette perte ne va pas sans une certaine nostalgie et parfois même une grande angoisse, qui peut aller jusqu’au refus de grandir – comme Peter Pan. Mais grandir, c’est aussi gagner en liberté, en maturité, en droits et en devoirs.

Grandir, c’est aussi vieillir ou voir ses parents vieillir. C’est prendre le risque de la séparation. C’est un long cheminement pour tout individu d’accepter sereinement la condition humaine. A partir de quand peut-on donc dire que l’on devient une « grande personne »? Est-ce l’âge de la majorité qui nous donne des droits et des devoirs? Est-ce la biologie ? Ou est-ce quand nous devenons « sage », c’est-à-dire quand nous sommes capables de prendre notre destin en main et quand nous acceptons avec sérénité notre condition ? On pourra aussi méditer sur la célèbre formule de Pablo Picasso : « On met longtemps à être jeune. »

https://www.facebook.com/milymissquestions
https://www.instagram.com/milymissquestions/
http://philomonaco.com/2020/05/12/les-journees-les-jeunes-philosophent-deuxieme-edition/
http://philomonaco.com/2020/05/13/atelier-philosophique-a-quoi-on-reconnait-quon-est-grand/
https://www.facebook.com/chaireUNESCOphiloenfants/